Les premiers pas du Alan Turing Institute dédié aux Big Data

Mots-clés : Politique ; Données

Annoncé en mars 2014, le centre de recherche dédié aux Big Data Alan Turing Institute (ATI) s’apprête à ouvrir officiellement ses portes en novembre 2015. Il n’a toutefois pas attendu cette date pour démarrer ses travaux et annoncer des partenariats stratégiques.

JPEG - 27.9 ko
Le mathématicien Alan Turing donne son nom à l’institut britannique consacré aux Big Data

Structure et budget

Localisé au sein de la British Library au cœur du Knowledge Quarter, l’ATI incarne l’ambition britannique de s’imposer comme un leader mondial sur le secteur très convoité des data sciences. Le nouvel établissement aura ainsi pour mission d’héberger des projets de recherche et de faciliter les ponts avec le monde de l’industrie.

Il dispose d’un budget public s’élevant pour le moment à 77M£ : le gouvernement investit 42 M£ sur 5 ans, auxquels s’ajoutent les contributions des universités partenaires (5M£ chacune) ainsi que 10 M£ de la Lloyd Register Foundation, une charity dédiée au développement de la recherche et de l’éducation en ingénierie. L’ATI vise aujourd’hui à attirer des investissements privés et recherche des partenaires à cet effet.

Les membres fondateurs de l’ATI sont les universités de Cambridge, Oxford, Edinburgh, Warwick, University College London et l’agence publique de financement de la recherche EPSRC (Engineering and Physical Sciences Research Council).

Les deux principaux postes à la tête de l’ATI ont été pourvus au cours de l’été 2015. Le directeur est Prof. Andrew Blake, ancien directeur au sein de Microsoft Research UK et professeur honoraire à l’université de Cambridge, tandis que le président est Howard Covington, diplômé lui aussi de Cambridge et ayant fait carrière dans le domaine de la finance.

Premiers travaux

Si le lancement officiel est encore à venir, l’ATI n’a pas attendu pour démarrer une série d’évènements et de travaux exploratoires, dès septembre dernier, sous la forme de sommets et workshops thématiques destinés à rassembler des experts issus d’horizons différents afin de définir les différentes voies de recherche du centre.

Parmi les sommets annoncés figurent les thèmes de la santé, des médias, de la finance, des villes du futur, ou encore du gouvernement. Les workshops porteront pour leur part sur des thèmes de nature davantage méthodologiques et techniques tels que les analytics, les algorithmes ou encore le deep learning pour n’en citer que quelques-uns.

Premiers partenariats

L’ATI a également commencé à nouer dès avant son lancement officiel plusieurs partenariats afin de faciliter des projets de recherche.

Ainsi, un accord avec l’agence de renseignement britannique GCHQ a été annoncé au cours de l’été afin de collaborer sur la diffusion de bonnes pratiques pour l’exploitation des Big Data, ainsi que de travailler à l’éducation et la recherche sur les méthodes d’analyse pouvant s’appliquer aux données ouvertes et commerciales.

De même, l’ATI a déclaré qu’il travaillerait en collaboration avec le superordinateur américain Cray Inc. Celui-ci fournira un appui à ARCHER, le superordinateur britannique localisé à l’université d’Edinburgh, pour disposer de puissances de calcul améliorées et ainsi faciliter les travaux sur les potentiels des Big Data.

Pour finir, Harriet Baldwin, economic secretary au Trésor, a déclaré le 14 octobre dernier que le gouvernement allait investir 10M£ dans la recherche spécifiquement dédiée à la fintech, ce faisceau de nouvelles technologies appliquées au domaine de la finance et sur lesquelles le Royaume-Uni entend également se positionner en situation de leadership. Cette initiative associera l’ATI, les Research Councils, le Digital Catapult et des acteurs industriels.

Identifiées comme l’une des 8 grandes technologies sur lesquelles le Royaume-Uni souhaite s’appuyer pour doper sa croissance économique, les Big Data bénéficient ainsi d’une réelle impulsion sur le plan de la recherche et de l’innovation. On peut évoquer pour conclure le récent lancement d’une enquête par le Science & Technology Committee de la chambre des Communes, visant à analyser les risques et opportunités économiques des Big Data, autre exemple illustrant la volonté politique du pays de s’imposer sur ce secteur à haute valeur stratégique.

Sources :

Site web de l’Alan turing Institute : https://turing.ac.uk/
“UK to lead on big data research, says Harriett Baldwin”, Gov.uk, 14/10/2015 : https://www.gov.uk/government/speeches/uk-to-lead-on-big-data-research-says-harriett-baldwin

Rédacteur : Eva Legras

publié le 02/11/2015

haut de la page