Les partenariats stratégiques pluriannuels du SST

Le Royaume-Uni est un des rares pays d’excellence scientifique à ne pas bénéficier de programmes Hubert Curien (PHC), visant à la mobilité des chercheurs et aux échanges de courte durée.

Les actions du SST dans ce domaine ont donc dû se focaliser sur quelques partenaires stratégiques, à travers plusieurs conventions pluriannuelles :

JPEG

  • Convention avec le Churchill College de l’université de Cambridge : ce partenariat historique avec un College de Cambridge plus particulièrement dédié aux sciences et à l’ingénierie permet l’accueil chaque année de plusieurs chercheurs seniors français de haut niveau en congé sabbatique.
  • Conventions pluriannuelles avec University College London : UCL est un partenaire de référence avec lequel le SST organise chaque année des séminaires de recherche, des ateliers de jeunes chercheurs, des rencontres de doctorants et des conférences bilatérales grand public.
  • Convention avec la Royal Society of Edinburgh : cet accord permet l’organisation annuelle d’un évènement scientifique franco-écossais (lecture publique et/ou séminaire de recherche) dans le cadre de cette prestigieuse société savante écossaise.
  • Convention avec le consortium EUROFusion : ce partenariat a pris la suite d’accords anciens passés avec le Culham Centre for Fusion, et avec l’EFDA-Jet chargé de la gestion du Tokamak Jet, et permet l’accueil de jeunes chercheurs et de stagiaires ingénieurs sur le site d’Harwell consacré à la fusion nucléaire. Cet accord vise à contribuer à la formation des jeunes talents et au transfert des compétences vers le nouveau site de fusion nucléaire d’ITER.
  • Convention avec la société Diamond Light Source Ltd : cet accord vise à établir des collaborations dans le domaine des sciences du rayonnement synchrotron et les thématiques associées, en facilitant la réalisation de projets scientifiques transversaux d’importance, en particulier dans les domaines de la recherche en matière de santé et de bien-être. Une priorité est donnée aux projets impliquant l’Institut Pasteur, mais des projets de recherche touchant aux domaines de l’énergie et de l’environnement, des matériaux et des nanosciences seront également considérés.

publié le 14/08/2015

haut de la page