Les autorités locales britanniques encouragées à produire de l’électricité verte

Depuis le 18 août 2010, les municipalités et autorités locales du Royaume-Uni sont autorisées à vendre l’électricité excédentaire qu’elles produisent à partir de sources renouvelables. En raison de mesures prises à l’époque de la privatisation du marché de l’électricité au Royaume-Uni, il était jusqu’à présent interdit aux autorités locales de vendre l’électricité qu’elles produisaient en excès de la consommation locale. Revenant sur ces dispositions qu’il jugeait "ridicules", le ministre du Department of Energy and Climate Change (DECC, ministère de l’énergie et du changement climatique), Chris Huhne, a fait en sorte de mettre rapidement fin à cette interdiction. Ainsi, depuis le 18 août 2010, les municipalités britanniques (councils) peuvent revendre le surplus d’électricité généré par leurs installations à condition que l’énergie provienne de sources renouvelables (solaire, éolien, biomasse, etc...).

Cette nouvelle réglementation vise à accentuer le rôle des autorités locales dans la transition vers la production d’énergie verte et la réduction des émissions de gaz à effet de serre engagées par le Royaume-Uni. Le DECC estime qu’à l’échelle de l’Angleterre et du Pays de Galles, ce sont 100 M£ qui pourraient s’ajouter aux revenus des municipalités grâce à cette nouvelle disposition législative conjuguée aux dispositifs de rachat de l’électricité dirigée vers le réseau (Feed-in-Tariffs). Cette manne financière pourrait permettre d’améliorer les services locaux ou de baisser les taxes (ce dont on attend un impact positif quant aux réticences que peuvent parfois rencontrer les projets de production d’énergie bas carbone parmi les populations locales). Par ailleurs, le but affiché est d’augmenter la part de production d’électricité verte assurée par les autorités locales en rendant l’utilisation d’énergies renouvelables commercialement viable. A l’heure actuelle, 0,01% de la production d’électricité du pays est assurée par les municipalités via des sources renouvelables (en 2008-2009, elles ont produit 600.000 kWh à partir de ressources solaires et éoliennes), alors que ce chiffre s’élève à 1% en Allemagne !

L’association des gouvernements locaux (Local Government Association) a salué cette initiative, y voyant un moyen de révolutionner la façon dont l’énergie est fournie à la population ainsi qu’une aide pour traverser des temps difficiles financièrement. Certains councils ont déjà des projets en cours qui vont profiter de ces nouvelles incitations et comptent sur ce nouveau règlement pour en développer d’autres : la municipalité de Bristol va ainsi implanter des éoliennes dans l’estuaire de la Severn et Derby va lancer la construction de sa première centrale hydro-électrique à Longbridge.

La rapidité avec laquelle Mr Huhne a rendu cette proposition (formulée au début du mois de juillet) légalement applicable montre en tout cas que le nouveau gouvernement a conscience du rôle des municipalités dans la stratégie énergétique du pays. En effet, les objectifs en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne pourront être atteints que grâce à la complémentarité entre des projets locaux de taille réduite et des grands projets industriels.


Sources :
- DECC, 09/08/2010, Huhne ends Local Authority power struggle - http://www.decc.gov.uk/en/content/cms/news/pn10_89/pn10_89.aspx
- DECC, 09/08/2010, Derby is front runner to cash in on new Government rules allowing councils to sell electricity - http://www.decc.gov.uk/en/content/cms/news/10_91/10_91.aspx
- DECC, 09/08/2010, Bristol is front runner to cash in on new Government rules allowing councils to sell electricity - http://www.decc.gov.uk/en/content/cms/news/pn10_93/pn10_93.aspx
- The Independent, 06/08/2010 - http://redirectix.bulletins-electroniques.com/u2FGk
- DECC, CO2 emissions from local authorities : http://redirectix.bulletins-electroniques.com/RVxLf


Auteur : Joël Constant

publié le 27/10/2010

haut de la page