Rencontre à Londres de Jean-Yves Le Drian et de M. Fallon

Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian s’est rendu à Londres le 3 novembre pour célébrer avec son homologue le 5ème anniversaire des traités de Lancaster House

JPEG

Le 2 novembre 2010, la Grande Bretagne et la France signaient les accords de Lancaster House et marquaient une volonté partagée d’assumer, ensemble et dans une relation de long-terme, des responsabilités fortes en matière de défense et de sécurité. Aujourd’hui à Londres, les ministres de la Défense français et britannique, MM. Jean Yves Le Drian et Michael Fallon se retrouvaient pour célébrer le cinquième anniversaire de ces accords, dont l’ambition est élevée et les réalisations déjà tangibles.

Lancaster House repose en effet sur deux traités : le premier, de coopération en matière de défense et de sécurité, le second relatif à des installations nucléaires communes. Ces traités soulignent l’engagement de nos deux pays à assumer ensemble les responsabilités attachées à leur statut de membre permanent du conseil de sécurité des Nations Unies. Ils témoignent aussi du niveau de confiance exceptionnel dans l’histoire politique commune.

Lors de cette journée, MM. Fallon et Le Drian ont pu faire, à l’aune des crises actuelles, un bilan des avancées réalisées depuis 2010. Ils ont examiné les secteurs de la coopération bilatérale de défense, tant opérationnel, capacitaire qu’industrielle et ont abordé ensemble les principales crises internationales dans lesquelles nos forces sont engagées.

Dans cet exercice, les ministres ont relevé l’intensification générale de la relation de défense franco-britannique, déjà dense, et souligné plus particulièrement :

-  l’importance en avril 2016 de l’exercice majeur Griffin Strike qui engagera plusieurs milliers de personnels français et britanniques et permettra de valider le concept de la force expéditionnaire franco-britannique (CJEF), et, par là même les efforts de rapprochement considérables consentis par nos forces armées depuis cinq ans ;

-  la densification de la coopération capacitaire, industrielle et technologique, entre Londres et Paris, autour de projets industriels structurants, en particulier dans les domaines, de l’aviation de combat du futur, de la guerre des mines et de la réalisation de missiles. Sur ce dernier point, les ministres se sont félicités de la signature de l’accord intergouvernemental « One complex weapons » parachevant la démarche de rationalisation initiée par l’entreprise MBDA pour améliorer sa compétitivité et ouvrant la voie au développement de nouveaux projets communs ;

-  le travail considérable accompli dans le domaine particulièrement sensible de la sécurité et de la fiabilité de nos armes nucléaires. L’inauguration en 2016 des installations britanniques du centre de Valduc en Bourgogne marquera le succès de notre coopération dans ce domaine ;

-  la recherche de nouveaux domaines de coopération - possiblement dans les domaines du contre-terrorisme, des forces spéciales et de la cyber-sécurité – et d’une coordination politique encore plus étroite dans la poursuite de nos objectifs communs.
Cette rencontre a été enfin l’occasion de marquer la richesse humaine de la coopération opérationnelle exceptionnelle entre les deux pays. Ainsi, des militaires français et britanniques sont en échange dans des unités opérationnelles du pays partenaire dont ils partagent totalement le rythme et les sollicitations avec l’accord des deux capitales. Si des soldats français ont ainsi participé au sein des unités de combat britanniques à des missions en Irak ou sur d’autres théâtres d’opérations, l’heure était aujourd’hui à la distinction de leurs homologues en échange en France.

Ainsi, le ministre français de la défense a décoré quatre militaires britanniques, ayant servi au sein d’unités françaises et s’y étant distingués par la qualité de leurs services. Une croix de la valeur militaire, décoration soulignant des actes décisifs au combat, a ainsi été remise à un officier navigateur en échange dans un escadron de chasse français. Au cours de la cérémonie, les ministres ont rappelé l’importance de ces échanges binationaux dans nos opérations respectives pour atteindre le plus haut degré possible d’interopérabilité entre nos deux armées.

publié le 12/11/2015

haut de la page