Lancement du premier centre automatisé de production d’ADN

Mots-clés : Innovation ; Biotechnologies ; Sciences du vivant

Connu sous le nom de Edinburgh Genome Foundry, ce centre permet la conception et la production de brins d’ADN à grande échelle grâce à des procédés complètement automatisés.

Indispensable maillon de la chaîne d’expertises en biologie de synthèse, l’ADN produit aura des applications variées telles que : i) la programmation de cellules souches dans le cadre de la médecine personnalisée ; ii) le développement de bactéries capables de dépister des maladies spécifiques dans l’intestin ou encore iii) la modification du génome de plantes utilisées pour la production de bio-carburants, dans le but d’accroître le rendement.

Situé au sein de la School of Biological Sciences de l’Université d’Edimbourg, le centre est co-dirigé par la professeure Susan Rosser et le professeur Patrick Cai. L’automatisation généralisée de la conception et de la production engendre également des coûts bas. L’un des projets phares est porté par un consortium international et vise à produire le génome complet d’une levure, qui pourra être utilisée comme modèle de recherche basique des organismes vivants. À l’heure actuelle, un chromosome synthétique entier a déjà été conçu et produit.

La Foundry est majoritairement financée par le programme Synthetic Biology for Growth du Research Council UK.

Source :

publié le 15/07/2016

haut de la page