La création de spin-outs universitaires au Royaume-Uni : cas des universités de Cambridge et d’Oxford

L’innovation est perçue par les gouvernements comme essentielle pour assurer la prospérité économique et la qualité de vie future de leurs populations. Le Royaume-Uni ne déroge pas à cette règle, et c’est dans cette optique que le gouvernement travailliste a instauré, à la fin des années 1990, une politique de transfert de connaissances (Knowledge Transfer Policy) entre les établissements de recherche publique et l’industrie, ajoutant ainsi une troisième mission aux universités (third stream activity), en plus de la recherche et de l’enseignement. Ces activités de transfert de technologies ou de connaissances générées par les organismes de recherche publique se déclinent selon quatre types :
a) création d’entreprises issues de l’université (spin-outs universitaires),
b) octroi de licences de technologies brevetées, entre l’université et les industriels,
c) collaborations de chercheurs avec l’industrie et recherche contractuelle,
d) échange et développement de ressources humaines.

Télécharger le dossier :
La création de spin-outs universitaires au Royaume-Uni : cas des universités de Cambridge et d'Oxford - GIF

Ce document s’intéresse au processus de création de spin-outs universitaires, en considérant comme cas d’étude les universités de Cambridge et d’Oxford. Après une brève introduction sur l’innovation au Royaume-Uni, il présente un historique du développement des spin-outs universitaires en prenant l’exemple de la Silicon Valley et de la route 128 aux Etats-Unis avant de se concentrer sur l’exemple des universités de Cambridge et d’Oxford au Royaume-Uni. Un chapitre entier est consacré à la présentation des universités de Cambridge et d’Oxford, et notamment à la place accordée à la recherche dans leurs budgets de fonctionnement, ainsi qu’à la description des bureaux de transfert de connaissances et de technologies des deux universités britanniques. Le secteur des spin-outs issues de ces deux universités est ensuite exploré en détails, tant en termes de financement que de suivi quantitatif. Le dernier chapitre est consacré à une comparaison des processus de création de spin-outs entre les universités de Cambridge et d’Oxford.

Au sommaire de ce document :

Introduction

1. Les spin-outs universitaires

1.1. Historique
- L’exemple américain
- Le cas du Royaume-Uni

1.2. Soutien au transfert de connaissances
- Les différents types de structures
- Les bureaux de transfert de connaissances

1.3. De l’invention à la commercialisation

1.4. Typologie des spin-outs universitaires
- Le type "VC-backed"
- Le type "prospector"
- Le type "lifestyle"

2. Les bureaux de transfert des Universités de Cambridge et d’Oxford

2.1. Cambridge et Oxford : quelques généralités
- Historique
- Classement
- Etudiants
- Financement de la recherche

2.2. Le bureau de transfert de l’Université d’Oxford : ISIS Innovation
- Bref historique
- Mission
- Activités

2.3 Le bureau de transfert de l’Université de Cambridge : Cambridge Enterprise
- Bref historique
- Mission et principes
- Activités
- Performances - revue annuelle 2009

3. Le secteur des spin-outs des Universités de Cambridge et d’Oxford

3.1. Les financements pour les spin-outs universitaires
- Les besoins de financements aux stades précoces
- Le co-investissement aux stades précoces
- Les partenaires des investissements pour le développement

3.2. Le suivi quantitatif des activités de spin-outs universitaires
- Les indicateurs publics pour le Royaume-Uni
- Les indicateurs publics pour les Universités de Cambridge et d’Oxford
- Les indicateurs utilisés par chaque bureau de transfert

4. La comparaison du processus de création de spin-outs entre les Universités de Cambridge et d’Oxford

4.1. La divulgation de l’invention

4.2. Les différentes phases d’investissements aux stades précoces
- La demande de brevet
- La décision de créer une entreprise
- Les principales différences entre les deux universités

Conclusion

Dossier rédigé par HEINTZ Maggy - LE QUINIOU Clotilde

publié le 21/08/2015

haut de la page