Evaluation de la recherche universitaire - Exemple du Research Excellence Framework au Royaume-Uni

JPEG

A partir de 2014, le Royaume-Uni utilisera un nouveau système d’évaluation de la qualité de la recherche universitaire, le REF (Research Excellence Framework). Le but de ce document est de présenter ce nouveau système.

Depuis 1986, le Royaume-Uni a mis en place une évaluation nationale de la recherche, le RAE (Research Assessment Exercise), qui a lieu tous les six ans environ. Des résultats de cette évaluation, presque la moitié des financements publics de la recherche pour les universités sont calculés. Un des principaux atouts de ce système est en effet la transparence dans le calcul des allocations pour la recherche, en fonction des résultats de la qualité. La grande nouveauté du REF est d’ajouter à cette évaluation, menée par des panels d’experts par discipline, la prise en compte de l’impact socio-économique de la recherche.

Pour commencer, il convient de rappeler que le Royaume-Uni est un pays leader dans de nombreux indicateurs de productivité de la recherche. Il représentait, en 2010, 6,38% des articles publiés dans le monde (3ème des pays après les Etats-Unis et la Chine) et 10,87% des citations (2ème après les Etats-Unis). La part des 1% d’articles les plus cités dans le monde était 13,8% en 2010, ce qui en faisait le 2ème pays, juste derrière les Etats-Unis. Rapporté aux dépenses intérieures brutes en recherche et développement, il est le premier en nombre d’articles et en nombre de citations par unité de dépenses. Les classements internationaux des universités mettent aussi en valeur les performances du Royaume-Uni, deuxième pays après les Etats-Unis. Si ceux-ci ont reçu 294 prix Nobel depuis 1945, le Royaume-Uni en a tout de même reçu 63, alors que l’Allemagne en a reçu 27 et la France 15.

L’évaluation menée lors du REF s’appuie sur trois critères : la production académique, l’impact socio-économique de la recherche et l’environnement dans lequel cette recherche est effectuée. Pour la production académique, le panel d’experts évalue quatre productions par universitaire soumis à l’exercice. Les données bibliométriques seront utilisées pour la première fois avec le REF, uniquement dans les disciplines où de telles données existent et sont satisfaisantes, et ne serviront qu’à informer la décision des membres des panels. L’environnement prend en compte les stratégies de l’unité pour développer ses activités de recherche. L’impact, enfin, est évalué avec des études de cas qui décrivent des exemples particuliers d’impact obtenus pendant la période d’évaluation, à partir d’une recherche réalisée au cours des 20 dernières années, et jugée excellente. Ceux-ci doivent avoir eu lieu en dehors de la sphère académique.

Pour les universités, les résultats de cet exercice déterminent tout d’abord les sommes qu’elles vont recevoir des conseils de financement de l’enseignement supérieur. Il y a aussi un enjeu de réputation important. Ainsi, les universités mettent en place des stratégies assez coûteuses pour répondre à cet exercice d’évaluation. Le cycle de recrutement est fortement influencé par le calendrier de l’exercice. Par ailleurs, il est jugé assez chronophage par les universitaires.

Auteurs : PLOUX-CHILLES Adélaïde - HEINTZ Maggy
Ambassade de France au Royaume-Uni - 32 pages - 1/08/2012

publié le 21/08/2015

haut de la page