Dans les coulisses du Lycée Charles de Gaulle

L’heure de la rentrée des classes pour les 3839 étudiants du lycée français Charles de Gaulle à Londres

Idéalement situé en plein cœur de South Kensington, à proximité de nombreuses ambassades et face au somptueux Musée d’Histoire Naturelle, le Lycée Charles de Gaulle incarne parfaitement l’atmosphère de ce quartier imprégné d’une histoire riche, réputé pour son excellence et son ouverture sur le monde. Ce « vaisseau amiral de l’enseignement français à Londres » comme aiment à le qualifier les observateurs, compte au total 3839 dont 2797 sur le site principal de South Kensington et 1042 élèves répartis dans les 3 annexes primaires (291 à Wix, 477 à l’école Marie d’Orliac et 274 à l’école André Malraux).

Nous guidant à travers les escaliers victoriens et des dédales de couloir jusqu’à son bureau, le Proviseur, Olivier Rauch évoque les principaux enjeux de cette rentrée scolaire. Il nous parle d’un établissement qu’il connaît de fond en comble et qu’il dirige depuis maintenant quatre ans.

Si le lycée Charles de Gaulle peut s’enorgueillir du titre de plus ancien lycée français de Londres -centenaire depuis l’an dernier- la volonté de modernisation reste néanmoins palpable et les élèves qualifient eux-mêmes leur lycée d’établissement « en perpétuel développement », dans lequel « il y a toujours quelque chose de nouveau ». Soucieux de préserver son héritage mais enclin à se moderniser, des travaux de réhabilitation sont prévus dans différentes ailes du lycée, rendus possible grâce au désengorgement planifié et accompagné du site principal de South Kensington. Ainsi de l’entière rénovation de la médiathèque réalisée en co-création avec les étudiants de l’école primaire de l’école.

Ce qui constitue indéniablement la particularité du lycée Charles de Gaulle c’est bien sa réputation d’incarner un des fleurons de l’éducation française à l’étranger. Dépendant directement de l’agence française des établissements à l’étranger et disposant à ce titre du statut d’établissement à gestion directe, le lycée tire sa réputation de l’excellence de sa formation académique, avec des taux exceptionnels de réussite au baccalauréat français ou aux A-level britanniques (98% d’admis au baccalauréat en 2014 dont 40% de mentions Très Bien et 99% de réussite au A-level dont 56% avec la note A ou A+). Pour Maria (en classe de première) l’établissement offre aux élèves tous les moyens « d’atteindre le meilleur de leurs résultats ».
L’idéal d’exigence se fait aussi valoir dans leurs activités extra-scolaires, les élèves étant encouragés à s’engager dans une des nombreuses associations étudiantes que comptent le lycée. Parmi les élèves rencontrés nombreux sont ceux faisant partie d’une association : Justice au cœur (association caritative), journal du lycée ou encore conseil de la vie lycéenne. Le lycée entend ainsi former des individus avant de former des élèves, leur transmettant des compétences qui sauront se révéler précieuses au cours de leur future vie professionnelle.

C’est exactement ce qu’Aurélien (en classe de première) évoque lorsqu’il parle des « opportunités incroyables » offertes non seulement par le lycée mais aussi par le simple fait d’étudier au cœur de Londres. Qu’il s’agisse de cours de langues, d’échanges interculturels ou encore de voyages, tout est fait pour « ouvrir les étudiants sur le monde » précise le Proviseur. Ainsi l’école offre à ses élèves le choix de de préparer, à partir de la classe de 4ème, le baccalauréat français, ou le CGSE puis le A-level (équivalent du brevet et baccalauréat), accompagnant ensuite ses étudiants dans la préparation de leur cursus universitaire. Et si les onze admissions à Oxbrdige font la fierté du Proviseur, l’école revendique clairement son ouverture internationale, accompagnant aussi ses étudiants désireux de tenter leur chance dans des universités américaines ou canadiennes.

Interrogés sur les adjectifs qui décrivent le mieux leur lycée, tous s’accordent pour qualifier l’établissement de « familial », et ce malgré sa taille imposante qui peut dérouter de prime abord. Au-delà de l’exigence académique, Maxence (Terminale) et Maria (première) évoquent, les « moments mémorables, inoubliables » vécus au sein de la « grande maison » du lycée Charles de Gaulle. Et lorsque l’on demande au Proviseur ce qu’il apprécie le plus dans ce lycée, il répond sans hésiter : « la qualité des relations avec les étudiants et le personnel. »

Mais pas le temps de se laisser attendrir pour autant, déjà la sonnerie de midi retentit : c’est l’heure du déjeuner pour les 3839 étudiants de l’école… une grande famille qu’il faut aussi savoir nourrir.

publié le 17/10/2016

haut de la page