Cérémonie de lancement du réseau CIFRU

Plus de soixante participants étaient réunis dans les salons de la Résidence de l’Ambassadeur de France le 16 janvier dernier pour le lancement officiel du réseau des Chercheurs et Ingénieurs Français au Royaume-Uni.

Ils ont été accueillis par Bernard Emié, Ambassadeur de France, certains de ses proches collaborateurs (Patrick Pascal, premier conseiller, François Courant, conseiller presse, Rosie Gorman, chef du protocole) et l’ensemble du service pour la science et la technologie (SST). Alex Margot-Duclot, collaborateur parlementaire de la députée Axelle Lemaire, était également présent.

JPEG

La plupart des participants étaient londoniens et travaillent à Imperial College et à UCL, mais plusieurs collègues avaient fait le déplacement de toute la Grande-Bretagne : universités de Dundee en Écosse, de Swansea au Pays de Galles, ou encore de Cambridge, Warwick ou Coventry dans le reste de l’Angleterre, pour n’en citer que quelques unes.
On a constaté une très forte représentation des sciences de la vie et des sciences médicales, mais on a pu également noter quelques physiciens, mathématiciens et chimistes. Par ailleurs, plusieurs collègues issus des sciences humaines et sociales (histoire, économie, sciences politiques, etc.) étaient présents, et ont exprimé leur intérêt à ce que ce réseau couvre l’ensemble des disciplines du monde académique.

Après le discours d’ouverture de l’Ambassadeur rappelant l’origine et les raisons d’être de ce projet, un échange d’idées très nourri a pu avoir lieu, et quelques orientations ont déjà pu être prises :

  • Le réseau a vocation à s’étendre rapidement à l’ensemble des disciplines académiques, et accueillera des ingénieurs et chercheurs de toutes les disciplines scientifiques et de la R&D des secteurs public et privé ; le nom français du réseau a donc été modifié en conséquence, pour devenir « Chercheurs et Ingénieurs Français eu Royaume-Uni » ;
  • Il y a un consensus pour constituer un annuaire du réseau, accessible à tous les membres, et qui comprenne leurs coordonnées, organisme d’accueil, et discipline ;
  • Une forte attente s’est exprimée pour avoir des informations de France (offres d’emploi, appels à projets, etc.) et que ce réseau soit connu et accessible par les institutions en France ;
  • Des bonnes volontés se sont exprimées pour conduire des actions à destination des scolaires, en particulier des lycées français, pour promouvoir les sciences (accueil de classes, forum des vocations).
  • Différentes pistes ont également été évoquées pour l’avenir (participation à la fête de la science et organisation d’évènements du type café des sciences, structuration thématique et/ou régionale du réseau, échanges dans le domaine de l’innovation et de la création d’entreprises, levée de fonds auprès de donateurs privés, etc.)

JPEG

À court terme, un nouveau formulaire très simple va être envoyé à tous les chercheurs déjà membres du réseau. Yamina Bakiri (d’UCL) s’est proposée de s’occuper de la création de l’annuaire de l’ensemble des participants, ainsi que de tous ceux de la mailing list du google group qui acceptent d’avoir leurs données partagées. Par ailleurs, les membres figurant sur le réseau professionnel LinkedIn seront encouragés à s’inscrire dans le groupe CIFRU.

publié le 08/11/2016

haut de la page