Au-delà d’Asimov : le Royaume-Uni publie des règles d’éthique pour la fabrication de robots

Mots-clés : Innovation ; Robotique & Systèmes Autonomes

L’agence britannique British Standards Institute, qui édicte les standards et certifications officielles du pays pour une grande variété de produits et services, a publié un guide officiel destiné à aider les ingénieurs à créer des robots selon des règles éthiques.

PNG CC0-Domaine Public

Dénommé « BS 8611 :2016 : Robots and robotic devices. Guide to the ethical design and application of robots and robotic systems », ce document fournit des recommandations aux créateurs de robots et systèmes autonomes pour l’identification de possibles dangers éthiques et réfléchit sur des scénarios à risque. Il insiste notamment sur le fait que les risques éthiques sont ici plus importants que les risques physiques, ces derniers étant en outre associés aux risques psychologiques (peur et stress notamment).

S’ouvrant sur l’affirmation que les robots « ne devraient pas être conçus seulement ou prioritairement pour tuer ou blesser des humains », le guide insiste également sur la pleine et entière responsabilité de l’être humain pour les actions des robots, et la nécessité d’être en mesure d’identifier avec précision qui est responsable des machines.

Des passages s’inscrivent dans des thèmes particulièrement sensibles ou controversés, comme une discussion sur l’opportunité ou non de nouer un lien émotionnel avec un robot (en particulier pour les machines conçues à des fins d’interaction avec des enfants ou des personnes âgées), ou encore un avertissement sur la possibilité que des robots puissent adopter des comportements racistes ou sexistes.

Alors que les médias relaient les positions souvent contrastées d’experts et scientifiques sur les opportunités ou au contraire les risques de l’intelligence artificielle et des robots pour nos sociétés, ce document constitue aujourd’hui l’un des guides les plus complets adressant frontalement l’aspect éthique de ces technologies.

Sources :

Rédacteur : Eva Legras

publié le 27/09/2016

haut de la page