20 M£ additionnels pour la recherche sur la biologie de synthèse

Le 9 novembre dernier, George Osborne, Chancelier de l’Echiquier, a annoncé un investissement additionnel de plus de 20 M£ pour la biologie de synthèse (BS), un domaine qui pourrait apporter des solutions aux défis mondiaux auxquels nous faisons face et offrir des opportunités de croissance dans de nombreux secteurs allant de la santé à l’énergie.
Les informations suivantes proviennent d’une note de presse publiée par le Department for Business, Innovation and Skills (BIS, ministère des entreprises, de l’innovation et des compétences).
http://news.bis.gov.uk/Press-Releases/Government-to-invest-20-million-in-synthetic-biology-682fa.aspx

1. Le soutien financier public actuel de la BS

La BS est actuellement financée à hauteur de 15,5 M£ par le Technology Strategy Board (TSB, Agence de l’innovation) et les conseils de recherche Biotechnology and Biological Sciences Research Council (BBSRC, Conseil pour la recherche en biotechnologie et sciences biologiques) et Engineering and Physical Sciences Research Council (EPSRC, Conseil pour la recherche en sciences physique et de l’ingénieur) :

  • le BBSRC a investi 4 M£ en 2012 au sein des universités d’oxford et de Southampton pour le développement d’une nouvelle plateforme technologique pour la production d’ADN et d’ARN ;
  • l’EPSRC a alloué 5 M£ aux universités de Cambridge, Edimbourg, Newcastle, Imperial College et King’s College pour le développement de plateformes technologiques nécessaires à la production des applications de la BS et leur commercialisation ;
  • le TSB a récemment débloqué 10 M£ pour la création du Innovation and Knowledge Centre (IKC) en BS. Il a par ailleurs investi 6,5 M£ pour encourager les entreprises à explorer les nouvelles applications industrielles de BS, dans le cadre de son programme pour les technologies et industries émergentes.

2. Les financements supplémentaires annoncés le 9 novembre

Les potentiels de commercialisation sont cependant loin d’être atteints et l’investissement récemment annoncé entre dans le cadre de la feuille de route sur la BS publiée en juillet 2012. Cette feuille de route a été développée par un consortium d’experts du domaine, à la suite d’une table ronde menée par Vince Cable (Ministre d’Etat du BIS) et David Willetts, Secrétaire d’Etat aux universités et à la science, en octobre 2011.

Les cinq recommandations de la feuille de route acceptées par le gouvernement en novembre 2012 sont :

  • Investir dans un réseau de centres multidisciplinaires pour mettre en place une ressource d’excellence en BS au Royaume-Uni ;
  • Construire une communauté de BS qui soit compétente, pleine d’énergie et bien financée ;
  • Investir pour accélérer (de manière responsable) la translation des technologies vers le marché ;
  • Assurer un rôle de leader à travers le monde ;
  • Établir un Comité de direction dans le domaine.
  • Le secteur privé, par la voix de M. Lionel Clarke, de Shell Projects and Technology, juge positive et constructive la réponse du gouvernement. Il ajoute que la communauté dans son entier a été très soudée, et soutenue par les pouvoirs publics et les agences de financement.
    La rallonge de 20 M£ annoncée par le Chancelier de l’Echiquier le 9 novembre sont fléchés vers les six projets suivants :
  • Développement de fioul à bas carbone – 2,9 M£ ; University de Nottingham, Pr. Minton
  • Amélioration de la compréhension de la physiologie et du rôle des « usines » biologiques naturelles dans la production des nouveaux produits agro-chimiques – 4,5 M£ ; Université de Warwick, Pr Challis
  • Développement de méthodologies pour la création de nouvelles lignées de micro-organismes utiles – 4 M£ ; Université de Glasgow, Pr. Stark
  • Ingénierie de communautés microbiennes synthétiques pour la production de biométhane – 4 M£ ; Université d’Exeter, Dr Soyer
  • Utilisation de micro-organismes synthétiques pour développer des biocatalystes industriels – 4,4 M£ ; Université de Manchester, Pr. Turner
  • Premières étapes d’ingénierie des céréales moins gourmandes en engrais – 2,5 M£ ; John Innes Center, Pr. Oldroyd

publié le 01/09/2015

haut de la page